Réaction de l’AVEP au dossier « Pilule contraceptive, faut-il s’en méfier ? » de Sciences et Avenir

L’AVEP REAGIT : Le magasine réputé « sérieux » Sciences et Avenir publie dans son numéro d’octobre un article intitulé « Pilule contraceptive, faut-il s’en méfier ? ». Ce dossier entend répondre à cinq « accusations fréquentes » sur la pilule : prise de poids, baisse de libido, augmentation du risque cardio vasculaire, risque de cancer, variations de l’humeur.
L’AVEP regrette que cet article donne la parole à un seul expert : le professeur Israël Nisand, président du collège national des gynécologues et obstétriciens français, épinglé dans Le Monde en 2013 pour ses liens avec les laboratoires (lire le lien ci-dessous). Par ailleurs, les chiffres avancés par le Pr Nisand sont inexacts : il indique un risque des pilules 3e et 4e générations pour 0,02% à 0,04% des femmes, alors qu’il est de 9 à 12 femmes sur 10000 (0,09% à 0,12%) (Source ANSM)… Il insiste également sur un surrisque pour les fumeuses, alors que nous savons aujourd’hui que de nombreux autres facteurs rentrent en compte en plus du tabagisme (troubles de la coagulation, anémie…) et que la pilule seule est un facteur de risque en soi. L’AVEP regrette que des informations partielles et/ou erronées soient relayées de cette manière au grand public.